Don Quichotte sur le retour, de Sabine Dormond

Les Editions sainte-crix « Mon village » publient le premier roman de Sabine Dormond. Comme d’autres écrivains avant elle (et non des moindres, on pense à Borges, ou à Thomas Mann), la Montreusienne s’inspire du personnage de Don Quichotte et reinterprète sa vie légendaire, choisissant de placer son héros dans le monde contemporain.

L’intrigue : c’est la rencontre d’une psychiatre et d’un valeureux chevalier parcourant le pays à la recherche de nobles causes à embrasser. Entre la soignante et le patient, malgré l’interdit médical, l’idylle ne sera pas longue à se développer : deux enfants en naîtront. Mais la fougue de l’Hidalgo se révélant de plus en plus ingérable, la doctoresse Bolomey finit par craquer : Don Quichotte s’en retourne sur les chemins. Dulcinée Bolomey trouve le réconfort dans l’écriture, elle qui pourtant tenait les livres pour responsables des pulsions chevaleresques de son Alonso. Par un saut dans le temps assez brutal, le lecteur découvre enfin les deux personnages dans leur grande vieillesse.

Très joyeux, décalé, bien vaudois, le roman de Sabine Dormond foisonne de tournures originales et de jeux de mots, fidèle en cela au caractère comique du chef d’oeuvre original. Comme chez Cervantes, le héros est aussi ridicule qu’il est pétri de bonnes intentions : ayant troqué la monture équestre contre un vélomoteur poussif, et le couvre-chef contre une feuille de salade, il se révèle au final plutôt attachant.

Avant que la doctoresse n’ait pu ébaucher le moindre geste pour le retenir, le voilà qui se rue sur la fenêtre et se précipite dans le vide. Trois mètres plus bas, il se ramasse, s’époussette sommairement, et se lance à l’assaut d’un invisible ennemi en dégainant un minuscule sabre de son pantalon. Pantoise et désarçonnée, la psychiatre le suit des yeux jusqu’à ce qu’il s’arrête au pied d’une éolienne à qui il adresse une bordée d’insultes en brandissant son arme dérisoire vers les pâles démesurées. Puis il s’éloigne en continuant de maugréer à voix haute, se retournant de temps en temps pour adresser un bras d’honneur à l’immense hélice.

On a apprécié le ton de ce récit doucement anachronique (en même temps qu’il nous laisse apercevoir l’avenir, en 2040 précisément), et qui sait ne pas se prendre au sérieux. Le style est agréable, agréablement littéraire parfois.

Au final, un joli conte qui révèle aussi une double réflexion : sur l’écriture et son pouvoir, et sur le temps qui passe en s’accélérant.

Sabine Dormond
Don Quichotte sur le retour
Mon Village, 2013
159p.

L’auteur : Sabine Dormond est écrivain, traductrice et président de l’Association vaudoise des écrivains. Elle est également guitariste amatrice, et vit à Montreux.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

  1. Une belle version de l’histoire, revisitée au goût du jour, en effet! J’ai aussi aimé l’évolution parfois raide des âges de la vie, qui suggère qu’au bout d’un certain nombre d’années, sans qu’on sache pourquoi, paf: on se retrouve vieux.

    Avez-vous aussi lu son recueil de nouvelles, « Full sentimental »?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *