Des éléphants dans le jardin, de Meral Kureyshi

Âgée d’une vingtaine d’année, la narratrice est originaire de la minorité turque du Kosovo, et a émigré en Suisse à l’âge de dix ans. Sa mère, aveugle, habite une tour à Bümpliz; son père est mort. Elle me faisait honte. Dans notre famille, personne ne portait le voile: pourquoi fallait-il qu’elle le porte maintenant, ici en…

Continue reading →

Une histoire d’amours, de Mathieu Chevrier

L’ouvrage débute sur une « conversation » au style SMS: quelques mots, quelques formules stéréotypées et ponctuées des smileys de circonstance. On comprend rapidement que c’est à un homme que le narrateur en « je », lui aussi de sexe masculin, envoie le message. De ce « je », il est beaucoup question au fil des pages; ce petit livre raconte,…

Continue reading →

L’œil de l’espadon, de Arthur Brügger

Charlie, la vingtaine, est apprenti à la poissonnerie du Grand Magasin. Arthur Brügger dresse son portrait: un jeune homme candide, resté très enfant à près de vingt-cinq ans (il a « oublié qu’il est devenu adulte »), en prise avec une sorte de mal-être existentiel diffus. Ce roman au charme « à la Amélie Poulain » (la jolie employée du rayon…

Continue reading →

Les funérailles d’une herbe, de Raymond Farquet

Auteur valaisan, Raymond Farquet ne jouit pas encore, en son canton d’origine, du prestige littéraire d’un Zermatten, d’une Corinna Bille ou – la reconnaissance fut plus récente – d’un Maurice Chappaz. Aujourd’hui le Vieux-Pays (re)découvre Farquet, et c’est assurément une affaire de quelques années avant qu’il ne devienne, lui aussi, un classique. Dans Les funérailles…

Continue reading →